Congrès national
Strasbourg
Stylos en folie
Prix ANCP 2020

Association professionnelle agréée par le ministère de l'Éducation nationale (JO 24 juillet 2020)

L’éducation physique vise le développement des capacités nécessaires aux conduites motrices et offre une première initiation aux activités physiques, sportives et artistiques. Tout en répondant au besoin et au plaisir de bouger, elle permet de développer le sens de l’effort et de la persévérance. Les élèves apprennent à mieux se connaître, à mieux connaître les autres ; ils apprennent aussi à veiller à leur santé. (BO n°3 du 19 juin 2008)

doc1.7.1_La_gymnastique_sans_matériel.doc

  L’exercice du métier d’enseignant en école primaire ne se fait pas dans les mêmes conditions, nous le savons, si la municipalité dispose de moyens financiers importants ou pas, si elle mène ou non une politique favorisant l’école, les services éducatifs, culturels et sportifs.. Mais où qu’il soit, l’enseignant doit essayer de donner à chacun de ses élèves la possibilité de développer les compétences préconisées par les programmes.

Pour développer la compétence « Concevoir et réaliser des actions à visées expressive, artistique, esthétique », il est possible de proposer des activités gymniques et/ou des activités de danse, au cours desquelles il sera demandé à l’élève de réaliser un enchaînement d’actions, dont le nombre sera fonction de son niveau d’âge.

Ces actions, pour ce qui est des activités gymniques seront “acrobatiques” sur des engins variés (barres, plinths, poutres, gros tapis). 

Sur les 8 ans d’école primaire, il serait bien que les élèves puissent accéder à ces deux types d’activités, mais comment faire si on ne dispose pas d’une salle de sport avec les agrès cités?

En revenant à la logique de l’activité gymnique, aux verbes d’action de base, on s’aperçoit qu’on peut faire de la gymnastique avec quelques tapis et un banc, et que cela peut être « acrobatique ». Il s’agit de travailler des formes d’équilibre différentes, des sauts, des déplacements, des tours, des renversements, de les enchaîner, avec des exigences au niveau de la qualité du geste, de sa précision, de sa tenue.

Ce sera sans doute moins spectaculaire, mais tout aussi efficace du point de vue des compétences développées.

D’ailleurs, dans le BO n°1 du 5 juin 2012, les actions à développer dans le cadre des activités gymniques, sont : se déplacer, se renverser, tourner, bondir, voler. Il y est demandé de réaliser des actions de plus en plus tournées et renversées, de plus en plus aériennes, de plus en plus manuelles, de plus en plus coordonnées. Il n’est plus question d’agrès, mais d’actions et de qualités.

L’exemple proposé présente des activités gymniques, car c’est un domaine où l’excuse du manque de matériel est très souvent avancée.

Mais on peut le transposer dans nombre d’activités physiques et sportives : revenir aux fondamentaux, aux actions de base à développer, chercher à les enchaîner, à les coordonner, et travailler sur les qualités.