Stylos en folie
Prix ANCP 2020

Association professionnelle agréée par le ministère de l'Éducation nationale (JO 24 juillet 2020)

Le prix ANCP&AF a été remis à OLIVIER BAR au congrès de Strasbourg.

Le jury s’est réjoui de l'attribution du prix à un auteur enseignant du premier degré pour son premier livre.

prix2021etsignature

Olivier Bar est directeur de l'école élémentaire Grand Camp Parc, aux Abymes (97139), en Guadeloupe.
Après presque vingt ans d'enseignement dans le Pas de Calais (SEGPA trois ans, Zil deux ans, adjoints et Directeur depuis 2010), il a obtenu en septembre 2019 sa mutation pour l'Outre-Mer.
Depuis 2007, en Métropole, ,il participait tous les ans avec ses élèves à des concours d'écriture et à des rencontres avec des auteurs. Lors d'une remise de prix pour la première place de sa classe à un concours d'écriture à Paris, une rédactrice en chef d'un mensuel lui a conseillé de se mettre à l'écriture.
C'est comme ça qu'est né "Un, cent, beaucoup".

« Un, Cent, Beaucoup ». Ce titre énigmatique nous fait remonter dans le temps.
Ils avaient vingt ans dans les années quarante. Ce sont nos grands-parents voire arrières-grands- parents qui aujourd’hui sont centenaires pour peu qu’ils soient encore en vie en 2021.
Souvent pudiques ou soucieux d’oublier, au lendemain de la seconde guerre mondiale, ils ont peu partagé avec leurs proches les cinq années de guerre et privation de liberté qu’ils ont vécues entre 1939 et 1945. Le prix ancp&af 2021 se veut un témoignage poignant de l’histoire avec un grand H qu’ont connue nos aïeux, qu’ils ont même écrite sans le savoir.
Ce récit a un caractère autobiographique qui nous ramène également aux années collège de la fin du XXème siècle, celles où avec l’UNSS, nous courions des cross interclasses ; avec les professeurs d’anglais, nous envisagions des voyages à Londres ; avec les profs de français, récitations rimaient avec rédactions ; l’histoire et la géographie ne faisaient qu’un, surtout dans les régions côtières du nord de la France. C’est d’ailleurs par cette proximité entre les côtes du Nord et celles de l’Angleterre ainsi que par le rôle essentiel que cette proximité a joué pendant la seconde guerre mondiale que s'est crée un pont temporel entre les années 40, les années 1990 et aujourd’hui.

Le titre « Un, cent, beaucoup » nous renvoie au nombre. Tout comme l’extrait suivant :
636 !
Six-cent-trente-six !
Je regarde le calcul posé par Miss Sady : même résultat.
636 jours. Je n’arrive pas à y croire.
636 jours de détention. 636 jours de tension.
636 jours d’horreur. 636 jours pour l’honneur.
636 jours de souffrance. 636 jours pour la France.
636 matins où l’on pense à ce qu’on va encore subir dans la journée.
636 soirs où l’on repense à ce qu’on a subi dans la journée.
636 matins où l’on se demande si ce jour sera le dernier.
636 soirs où l’on demande que ce jour soit le dernier.
636 matins à penser. P.E.N.S.E.R
636 soirs à panser. P.A.N.S.E.R

Cette énumération est au cœur du livre. Pourquoi ce décompte ?
La suite nous montrera-t-elle qu’un grand père parviendra à panser ses plaies grâce aux confidences faites à son petit-fils ?
Quel rebondissement fraternel lui permettra-t-il de comprendre combien ses gestes n’ont pas été vains ?

Ce texte volontairement écrit pour être accessible aux plus jeunes saura sans nul doute émouvoir à tout âge ; voire laisser perler une larme aux yeux des lecteurs.

Olivier Bar, prix littérature de jeunesse ANCP&AF 2021 pour « Un, cent, beaucoup », publié aux Éditions SEDRAP !