Un, cent, beaucoup
Prix ANCP 2021

Association professionnelle agréée par le ministère de l'Éducation nationale (JO 24 juillet 2020)

Au printemps 2020, pendant le confinement, vous avez bien voulu répondre à une enquête sur nos conditions de travail. Vous pouvez trouver les résultats dans le document joint en bas de page.

En préambule, voici quelques commentaires que vous avez pu laisser.

 

Nous avons fait des efforts pour nous former, passer un Cafipemf, nous adapter à des conditions de travail nécessitant plus de disponibilité et de mobilité, et cela n'est pas reconnu par l'institution car notre pouvoir d'achat a régressé par rapport aux enseignants en classe depuis la mise en place de l'ISAE, du doublement de la prime Rep+ (que nous ne touchons pas même si nous intervenons en Education Prioritaire).

Le confinement n'a fait que confirmer ce ressenti : aucune communication claire ni quelque reconnaissance que ce soit de la part de nos dirigeants. DASEN aux abonnés absents tout comme le recteur... Un pilotage vertical de la part du ministère sans aucune anticipation ni prise en compte des réalités de terrain.

De moins en moins de formation en arts visuels, de plus en plus de travail de généraliste

Toujours plus de missions, toujours faire plus avec toujours moins...Déplacements kilométriques non remboursés.Matériel personnelTrès peu de dotation pour fonctionner correctement

Certaines tâches administratives ne correspondent ni aux missions, ni aux fonctions dites pédagogiques.

Depuis le COVID, des liens se sont créés avec les enseignants.Par contre, les missions durant la période étaient purement administratives (tableau excel des enseignants présents, en distanciel, abs, des enfants présents, en distanciel, sans nouvelle), et de livraison de masques. Nous étions des Conseillers techniques auprès des municipalités, des écoles et non plus des conseillers pédagogiques.

Les missions du CPC EPS sont celles d'un généraliste (AP maths, français, plan VT ou Français à venir, équipe éducative...)complétées par la mission "Assistant de prévention". Les missions d'accompagnement et de formation des enseignants dans le champ de spécialité n'existent quasiment plus (formation initiale et continue). Les compétences du CPC EPS ne sont pas exploitées à leur juste valeur (mise en place projet fédérateur, formation). Le 2s2c, la disparition de l'oral EPS au CRPE et les annonces de "Sport à l'école" laissent présager l'extinction de l'enseignement EPS qui renforcerait des inégalités entre les élèvès et les territoires.

Le coeur de notre fonction ( la pédagogie et le suivi) a été gommé par un tsunami administratif

L'augmentation des missions administratives nous détourne depuis plusieurs années du cœur même de notre métier : l'accompagnement pédagogique de terrain. La focale mise sur le Français et les Mathématiques met en péril le caractère polyvalent du premier degré et son enseignement complet basé sur une transdisciplinarité porteuse de sens et de valeurs.

La laïcité, l'équité, le vivre-ensemble, les arts et l'EPS ne sont pas des options mais des fondamentaux dans l'éducation des futurs citoyens !

Pour info, j'ai choisi de retourner en classe, en regrettant certains aspects de la fonction de CPC, c'est un poste riche et très enrichissant.... mais pas dans l'évolution qui se profile...

 

 

Toute l'équipe vous remercie d'avoir participé à cette enquête