Stylos en folie
Prix ANCP 2020

Association professionnelle agréée par le ministère de l'Éducation nationale (JO 24 juillet 2020)

agns ducros

De quelle santé parle-t-on à l'École ?

Les liens entre la scolarité et la santé sont nombreux. Aussi bien dans le présent des élèves : il est plus facile de s’épanouir dans sa scolarité quand on est en bonne santé ; que dans le futur : le niveau d‘éducation est un des facteurs les plus déterminant dans les inégalités sociales de santé.


Mais de quelle santé parle-t-on à l’école ? De la maladie ? Du complet bien-être physique, psychique et social et pas seulement de l’absence de maladie, telle que le définit l’OMS ? Ou d’une ressource de la vie quotidienne et non d’un but dans la vie, comme dans le concept de promotion de la santé ?
La politique publique de santé en faveur des élèves, en France, s’inscrit clairement dans le cadre d’une politique de promotion de la santé, qui est considérée comme étant « l’affaire de tous ».
Un réseau d’écoles promotrices de santé, qui reste cependant encore peu développé en France, est constitué, notamment à un niveau européen. Certains principes le soutiennent et il s’agit en particulier de :

  • Impliquer la participation et viser l’autonomie des élèves ;
  • Articuler entre eux les questions et les systèmes propres à la santé et à l’éducation ;
  • Fournir un environnement sans danger et encadrant ;
  • Aborder les questions relatives à la santé et au bien-être de l’ensemble du personnel scolaire ;
  • Collaborer avec les parents et la communauté locale ;
  • Chercher constamment à s’améliorer grâce à un contrôle et à une évaluation continus.

Ces principes rejoignent tout-à-fait l’article 29 de la convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée en 1991 par la France, dans lequel il est entre autre écrit que : « Les États parties conviennent que l'éducation de l'enfant doit viser à favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités »
Le socle commun de connaissance et de compétences, en particulier dans ses piliers 6 et 7, est un des outils qui offre un cadre dans lequel peuvent être mobilisés d’une part les principes communs de l’éducation et de la promotion de la santé, et d’autre part le développement des compétences psycho-sociales des enfants.
Nous verrons quels sont les ressources et les leviers qui peuvent être utilisés pour s’inscrire dans ces démarches, notamment celles relevant de l’action communautaires, d’environnements favorables et de partenariats intersectoriels.

  pdfDiaporama.pdf